Note 1  
(pour lire tout le texte, agrandissez la fenêtre)

Certains interprètent le récit de Platon sur l’Atlantide en faisant référence à la puissante civilisation minoenne (relative au Roi Minos qui y régna vers le XVème siècle avant J.C) en Crète qui étalait sa puissance maritime, commerciale, économique et militaire sur toute la Méditerranée et entretenait une relation commerciale avec l’Egypte, Chypre, Athènes, Babylos et d’autres cités méditerranéennes. Selon l’archéologue Sir Arthur Evans, Crète et ses îles satellites ont subi un cataclysme effrayant sous forme d’éruption volcanique et de raz de marée dévastateur. Il a découvert dans la ville de Cnossos, au nord de Crète, des vestiges saisissants et fabuleux. Il estime que le récit de Platon est typiquement minoen, étant donné qu’il évoque des caractéristiques relatives à cette civilisation, déjà avancée par rapport aux autres, comme l’existence de gigantesques quais maritimes, de luxueuses salles de bain, de Corrida typiquement minoenne. Il se peut que le récit platonicien fait allusion à cette civilisation fantastique (le paradis perdu ou l’île dévastée) au milieu de la Méditerranée, mais la découverte d’autres vestiges impressionnants, comme les blocs de pierres gigantesques  et symétriques sous l’île de Bimini dans l’archipel des Bahamas vient pour contredire la thèse d’un Atlantide typiquement méditerranéen représentée par la civilisation minoenne. Les experts en la matière croyaient que les pyramides d’Egypte ont été construites en collaboration avec les minoens qui étaient technologiquement et mathématiquement avancés, mais les récentes datations des pyramides et du sphinx montrent que ces vestiges égyptiens remontent à des temps bien lointains par rapport aux civilisations égyptienne et minoenne. Par ailleurs, la date avancée par Platon dans son récit est de 9000 ans avant Solon (9600 avant J.C). Ce qui est bien loin, très loin, de la fabuleuse civilisation minoenne. Ensuite, il localise le continent perdu, au-delà des « colonnes d’Hercule » (l’actuel détroit de Gibraltar) et dit expressément qu’il était très grand rassemblant la surface de la Libye (l’Afrique) et de l’Asie réunie. Cette description n’a rien d’équivalent avec une civilisation puissante dans un archipel au milieu de la Méditerranée. Déjà, le Critias et le Timée rapportent le récit différemment. Il se peut que le Critias fait allusion à Crète dans son âge d’or et le Timée rapporte un continent perdu, 9000 ans avant Solon! En outre, Les prophéties de Cayce se concordent parfaitement avec les récits de Platon sur le continent perdu alors que Cayce n’avait jamais lu Platon et ne savait de l’existence de ses récits qu’après avoir dit ses prophéties ! 

Art'chives : Accueil