Égypte : héritage atlante ?

par Jacques Carletto

Introduction

 

L'Égypte a ses momies, ses pyramides. L'Amérique aussi. Les anciens égyptiens, comme les amérindiens, décoraient leurs tombes à l'ocre rouge et si les égyptiens s'appelaient hommes rouges les autochtones américains ont été baptisés « Peaux rouges ».

Les guanches des Canaries, les basques puis les berbères, aux traditions et langages totalement étrangers à leur environnement géo-culturel ont ils été les « passerelles Atlantes » vers l'Est ? Platon a relaté dans Critias et Timée la fin d'une civilisation forcée d'émigrer pour survivre Est ce l'origine de ce miracle égyptien qui pose encore énigme aujourd'hui ? Énigme technologique, scientifique, médicale. Mais aussi énigme sociologique: les mégalithes égyptiens faisaient-ils partie de l'héritage atlante ? Enfin l'Égypte avait elle mission de prolonger la Tradition Atlante jusqu'à nous en transitant par les mystères grecs, templiers et alchimistes, francs-maçons et rose+croix ?

Sean Suchy, archéologue contemporain et homme de l'art (il est architecte de formation) replace les constructions égyptiennes dans une thèse mondiale. II relate ainsi, dans son ouvrage L'Archéologie d'avant l'histoire (Laffont), « combien l'usinage de blocs de plusieurs centaines de tonnes, comparables à ceux du trilithon de Balbeck, ou aux énormes masses de granite de la chambre sépulcrale de Gizeh est une performance inaccessible aux techniques de pointe les plus sophistiquées de notre civilisation... De même l'ajustage des blocs qui est réalisé avec une perfection pour les plus lourds d'entre eux comme pour les plus légers, de sorte qu'il n'est pas possible, suivant l'exemple couramment évoqué, de glisser une lame de rasoir entre les éléments constitutifs des colonnes du Parthénon, des blocs de Guizèh, ou des murailles incas, cet ajustage ne saurait être obtenu avec succès par les moyens de notre technologie... »

A l'appui de cette thèse, des mesures et des calculs refaits sur place qui tiennent compte des principes scientifiques de construction et des densités connues des matériaux. Ces calculs prouvent, entre autres, que les constructeurs de la pyramide d'Égypte par exemple ont manipulé des blocs de 200 tonnes en moyenne et non de 2,5 tonnes comme l'archéologie traditionnelle semble parfois le croire.

Quelle était donc cette technologie permettant de tailler, déplacer, ajuster de tels monolithes ? Les techniciens de l'époque possédaient-ils d'autres connaissances ? Un historien arabe du neuvième siècle, Ibn-Abd Hokm, relate comment la pyramide d'Égypte fut construite trois siècle avant le déluge et précise qu'elle contenait des « caves voûtées remplies de talismans, d'objets étranges... d'instruments en fer, de modèles de vaisseaux en argiles, d'armes qui ne rouillaient pas et de verreries qu'on pouvait plier sans les briser... » Une civilisation antérieure aurait connu le métal inoxydable et un matériau transparent comme le verre mais souple comme du plastique ? Indication à rapprocher d'une tradition copte, traduite par Gérard de Nerval « On trouva dans la salle dite du roi une statue d'homme de pierre noire et une statue de femme de pierre blanche... il y avait aussi un coq d'or rouge émaillé d'hyacinthes qui fit un cri et battit des ailes lorsqu'on entra ... »

Les chroniques du Xe siècle du lettré Al Massoudi citent elles aussi des salles souterraines de la grande pyramide dans lesquelles se trouve : « Un trésor qu'aucune imagination humaine ne peut évaluer ni même concevoir... » Une vieille légende raconte même qu'il fut ramené en Égypte il y a très longtemps par nos Ancêtres Supérieurs qui venaient de l'autre côté de la mer... « Un trésor qui contient des pierres plus rares et les plus précieux ...des merveilles de la Haute Science héritée de nos ancêtres, des instruments prodigieux qui multiplient les dimensions et les pouvoirs de l'homme, qui lui permettent de mesurer le temps, prévoir l'avenir, voler dans les airs, avancer sous l'eau aussi facilement que sur la terre...» On croit feuilleter l'album d'ébauches de Léonard de Vinci !

 

Haut de page

Suivante

 

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com