Égypte : héritage atlante

par Jacques Carletto

Pyramides et temples acoustiques

 

Jean Suchy dans son Archéologie d'avant l'histoire propose une thèse mondialiste des architectures cyclopéennes. Une thèse d'avant garde aussi car elle refuse de transposer sur les différents sites notre analyse culturelle et nos habitudes anthropomorphistes. Pour lui « les civilisations cyclopéennes eurent recours à une science et des techniques radicalement différentes des nôtres fondées sur un principe avec lequel nous sommes très mal familiarisés celui de l'énergie vibratoire avec ses applications acoustiques... Des ingénieurs acousticiens auraient pu inventer et mettre au point des procédés industriels d'usinage qui permettaient de contrôler au centième de millimètre près l'usure ou l'abrasion des matériaux. La civilisation cyclopéenne aurait donc découvert un appareillage industriel alimenté à l'énergie acoustique, grâce auquel les pierres étaient découpées avec la même facilité que les métallurgistes d'aujourd'hui emboutissent les tôles ou découpent le métal .... »

Pour Jean Suchy les constructions cyclopéennes avaient pour fonction de constituer des enceintes de résonance entretenues, d'émission, de transmission, de propagation et d'amplification des sons. II propose comme constructeurs de pyramides et temples égyptiens une civilisation qui aurait évolué technologiquement dans une voie différente à la notre. L'occident au XXe siècle donne l'exemple d'une technologie avancée fondée sur l'exploitation des phénomènes lumineux et optiques... les vestiges de l'archéologie mégalithique (atlantes ?) nous ont donné l'idée de concevoir une utilisation industrielle de l'énergie vibratoire avec des résultats (sur le plan de l'évolution d'une civilisation) sinon supérieurs, du moins égaux à ceux que nous connaissons dans nos sociétés occidentales ....

Dans cette thèse, d'une originalité certaine, on découvre comment nos ancêtres surent capter et utiliser à des fins industrielles les ondes sonores libérées dans l'espace par le mouvement de la terre. Dans cette «redéfinition» des constructions cyclopéennes la pyramide égyptienne joue le rôle de Centrale émettrice les temples celui de Régulateurs harmoniques tandis qu'aux nécropoles sont dévolues les fonctions d'enceintes sonores alvéolaires. On regrette que l'hypothèse acoustique de cette thèse de 300 pages n'en consacre que 30 au sujet proprement dit. Il est vrai que notre civilisation n'est peut être pas encore prête à reconsidérer brutalement les fondements de son archéologie classique et qu'il est plus dur de combattre les préjugés que de faire accepter les nouveautés. Quoi qu'il en soit il faut nous questionner sur la transmission éventuelle de tout ou partie d'un savoir transmis - dans l'espace et dans le temps - d'une civilisation antérieure à l'Égypte (Atlante ?) à nos époques historiques et actuelles.

 

Haut de page

Précédente Suivante

 

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com