L'Atlantide de Cayce

 

 

Edgar Cayce, le grand médium américain, a apporté au début du siècle, des révélations non conformistes sur l'Atlantide. Dans ses lectures, il raconta tout d'abord, que cent mille ans avant l'entrée du Bélier en Inde, les habitants de l'Atlantide connurent a la séparation des êtres (…) en entités (...) mâle et femelle, ou individus. (364.3).

Autrement dit, selon lui, les premiers atlantes furent androgynes. Le mythe de l'androgyne n'est-il pas l'un des thèmes fondamentaux de la littérature mystique ? Jung faisait de ce mythe l'un des principaux archétypes de l'imagination humaine.

Et Platon - dans Le Banquet - de révéler que les êtres, à l'origine, étaient doubles. Ils possédaient quatre bras, quatre jambes et deux visage. Quand ils voulurent s'emparer du ciel, Zeus - an guise de punition - ordonna à Apollon de les séparer en deux. Ce qui fut fait.

Le mythe de l'androgyne - présent dans la Kabbale - persista chez les néoplatoniciens (Jamblique et Proclus), les gnostiques et las Pares de l'Église ; Eusèbe de Césarée, Saint Grégoire de Nysse, Maxime le Confesseur...

En tombant dans la matière, nous dit Cayce, les atlantes recherchèrent les plaisirs physiques. Mais ils recueillirent également les mauvais fruits de la condition humaine : douleur, froid, maladie, mort. Le nouvel univers qu'ils se façonnèrent n'était pas dépourvu d'aspects positifs. Une lecture de Cayce datée du 14 août 1930 fait état d'une entité " experte dans l'emploi de l'ascenseur pour les besoins de la construction sur la terre." (1730-1). Mais ces aspects positifs s'effacèrent bientôt devant l'offensive des "forces destructrices. Autrement dit, en introduisant dans leur nouveau plan de conscience la notion de progrès, les atlantes devinrent autant maîtres qu'esclaves. Ils innovèrent l'illusion manichéenne de l'existence physique.

On pouvait ranger, nous dit Cayce, les atlantes de d'époque en deux catégories: " Les Fils de la Loi de Un . et des " Fils de Bélial n. Les premiers - constituant " la race pure " - demeuraient, dans leurs actions et leurs pensées, assez proches du Créateur. Les seconds n'avaient " pas de morale, pas de conscience, sinon celle de la satisfaction de soi. " (877-26, 23 mai 1938).

Avec le temps, ce peuple, autrefois spirituel, a été déchiré entre les deux groupes. Les Fils de la Loi de Un perpétuaient la tradition spirituelle de leurs aïeux, pendant que les Fils de Bélial étaient absorbés à satisfaire leurs appétits physiques et leurs désirs. Cette division mena à la chute du continent et finalement à son éventuelle destruction.

Les Fils de Bélial firent une mauvaise utilisation des rayons solaires mystérieusement transformés en cristaux, dans des fosses de contact, par las ingénieurs atlantes. Ils inventèrent les explosifs ainsi que ces étranges instruments appelés à mettre en mouvement " les feux du centre de la terre ". Le résultat ne se fit pas attendre: l'Atlantide fut partiellement détruite. A cause d'un cataclysme qui entraîna " la séparation du pays en plusieurs îles, cinq en tout. " (877-26, 23 mai 1938). L'une de ces îles s'appelait Poséidia.

De 50.000 à 10.000 avant JC, l'Atlantide connut un relatif âge d'or. Il semble que des Fils de la Loi de Une ont davantage en main les destinées de la nation. Le progrès fut mis au service de l'ensemble des citoyens. Les " dispositifs inventée ", nous dit Cayce, furent appliqués " aux besoins et au confort des populations ". En ce temps-là, on voyageait dans des vaisseaux capables d'évoluer aussi bien dans les airs que sous l'eau. Des radars sophistiqués les guidaient " à travers l'espace vers d'autres pays ". La technologie atlante était supérieure à la nôtre. Les musiciens étalent capables de produire, sur leurs instruments, " des sons de toute nature ". Dans les universités, on enseignait la transmission de pensée dans l'éther. On connaissait la télévision et " l'enregistrement de la voix ". Les techniciens de l'époque n'ignoraient rien des forces électriques, mécaniques et chimiques.

II est également question, dans les lectures de Cayce, de la découverte d'un cristal terriblement puissant. Or, cette découverte fut mal maîtrisée puisqu'elle entraîna des destructions. Idem en ce qui concerne la mystérieuse " pierre de feu "’ qui avait le don de faire avancer les vaisseaux, les véhicules de plaisance et les sous-marins. Signalons également que cette pierre de feu produisait l'énergie nécessaire aux villes et aux villages atlantes. Elle fut, accidentellement, à l'origine de " la deuxième période de forces destructrices, qui anéantirent le pays dans ces îles qui allaient encore souffrir plus tard de nouvelles destructions. " (440, 20 décembre 1933).

En ne se concentrant principalement que sur la matérialité et en ignorant leur vraie nature spirituelle, les Fils de Bélial ont attiré sur eux une série de trois cataclysmes. 

Le premier, quelques 50 000 années avant J C, a détruit leur source principale de pouvoir. Le second, approximativement en 28 500 avant J C, a disloqué le continent en trois plus petites îles : Poséidia, Og, et Aryen. La troisième et dernière destruction - celle dont parle Platon - s'est produite aux alentours de 10500 avant JC et a causé l'engloutissement des trois îles. 

Alors, raconte Edgar Cayce, " beaucoup de chefs émigrèrent vers des pays étrangers ". Les Fils de la Loi de Un " comprirent que les terres de Poséidia-Atlantide allaient être définitivement englouties..." L'exode se généralisa. La majeure partie de la population atlante se dispersa vers l'Égypte, l'Arizona, le pays inca, le pays maya. Certains groupes de fuyards gagnèrent même " ce qui est aujourd'hui une terre espagnole ". Sans oublier le Portugal et " les Pyrénées où les Atlantes s'étaient déjà établis et avaient construits des temples " (1123-1, 19 février 1936).

Et l'Atlantide fut engloutie...

Haut de page

 

 

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com