Pour retrouver la profonde émotion que peut donner l'ancienne et grande religion égyptienne, c'est-à-dire celle-là même qui a été le modèle et la source d'inspiration d'une grande partie des religions suivantes (y compris la religion hébraïque résolument monothéiste), nous devons nous libérer des préjugés et des lieux communs les plus courants qui nous la font apparaître comme une forêt touffue de dieux aux monstrueuses têtes d'animaux, détachée de toute instance humaine et assombrie par une angoissante terreur de l'au-delà.

Comme toutes les grandes religions, celle des anciens Égyptiens est en fait fondamentalement monothéiste. Celle de leurs ancêtres l'était, ils avaient, à l'époque préhistorique le culte de la déesse Mère génératrice de toutes les choses, des dieux et des hommes. Celle née avec l'Égypte l'est encore davantage, car née avec l'accomplissement d'un grand tournant de l'histoire de la civilisation. Les cosmogonies égyptiennes nous donnent toutes la profonde sensation d'un Dieu unique, absolu, principe et fin de toute chose visible ou invisible. Création éternelle où les dieux ont mille visages et sont les mille manifestations du même dieu comme le sont toutes ses créatures et l'humanité entière.

La Cosmogonie d'Héliopolis conçoit, avant la création, l'Esprit Absolu Rê diffus dans le Chaos primordial. 

La Cosmogonie d'Hermopolis donne essentiellement des images à la cosmogonie héliopolitaine.

Au cours des siècles, les cosmogonies d'Héliopolis et d'Hermopolis s'enrichiront de mythes et de mystères et les Force divines prendront toujours plus de consistance dans la mythologie des diverses villes. L'essence religieuse deviendra toujours plus occulte et révélée seulement à quelques initiés.

Ainsi, à l'imitation des organisations royales humaines, Amon-Rê aura sa cour. A Héliopolis naît l'Ennéade Héliopolitaine composée du Dieu et de quatre couples de dieux : Amon-Rê, créateur de l'univers,  Shou, dieu de l'air, et Tefnout déesse du feu,  Geb, dieu de la terre, et Nout déesse du ciel, Osiris, dieu de l'au delà et force fécondante, et Isis déesse de l'amour divin et force génératrice, Seth, dieu de la destruction, et Nephtys déesse sueur et aide d'Isis.

A Hermopolis naît l'Ogdoade Hermopolitaine composée de quatre couples paritaires: Nedou et Nehnet, dieux du monde occulte; Noun et Nounet, dieux des eaux primordiales, Hehou et Hehet, dieux de l'espace infini; Kekou et Kehket, dieux de l'obscurité.

A ceux-ci s'ajoutent les Triades Sacrées de Memphis et de Thèbes et enfin de nombreux dieux locaux avec leur suite. Nombreux sont les tombeaux royaux qui citent des centaines de dieux, peut-être pour ne faire tort â personne.

Dans la seconde moitié du troisième millénaire se produit le grand miracle : il ne durera que quelques années, mais a une incidence profonde dans la pensée de l'humanité. Ce miracle se manifeste dans la tentative d'Akhenaton (1372-1354 av. J.-C.) de transformer la religion occulte en religion révélée â tous avec la vision claire du dieu unique absolu.

Après la mort d'Akhenaton, la vieille classe sacerdotale reprend le dessus et maudit le "pharaon hérétique". Les temples d'Aton sont détruits. Amon revient avec toute sa cour de dieux. Et le jeune pharaon Toutankhaton change son nom en Toutankhamon...

Haut de page

 

 

horizontal rule

artchives@samsara-fr.com