par Jacques Carletto

horizontal rule

Du dieu Bès au Baphomet

 

Dieu BèsOn ne sait si le culte virginal des Templiers est une rémanence des cultes des grandes reines d'Égypte ou des cultures matriarcales berbero-atlante. On est par contre pratiquement assuré que le Temple a puisé ses sources de connaissance en orient. On a parlé d'idoles, de tête de « mahomet » (calculateur automate qui fonctionnerait sur un mode binaire...) qui ne sont pas sans rappeler le contenu des pyramide selon les érudits arabes du X et XIIe siècle.

Plus symboliquement il est permis de rapprocher le baphomet templier de certaines représentations d'Asclépios que l'on peut encore remarquer en Égypte au temple de Dendérah.

A noter la laideur de la représentation qui fait partie des allégories alchimiques : la matière première du grand oeuvre, qui contient la suprême beauté, se présente comme vulgaire et laide.

Un parallèle avec la médecine: La thérapie des âmes et des corps n'est-elle pas aussi une alchimie qui vise à la réintégration édénique ?

Parallèle encore avec les atlantes qui, selon Cayce, soignaient leurs corps dans des Temples de Sacrifice et leur âme dans le Temple de la Beauté.

 

Haut de page

 

horizontal rule

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com