par Jacques Carletto

horizontal rule

Pyramides : 
Pouvoir des ondes de forme

 

Mais la pyramide est aussi lieu de pouvoir car ses structures externes et internes sont pour certains soit amplificateur de forces telluriques soit accumulateur de forces cosmiques. (ondes de forme ?) C'est Pierre Carnac qui souligne l'importance du Djed comme symbole sacré de l'Égypte ancienne et y voit son usage, dans la pyramide, comme pilier du ciel et capteur cosmique (Revue l'Autre Monde N°16 Nov 1977). Pour lui, le Djed est caché dans !a pyramide et contient la chambre du roi. La Bible parle de « pierres cachées dans la voûte qui est sous la maison du roi », l'article indique que « ces pierres existent réellement et leur cachette est à l'intérieur de la pyramide ...sous forme de tour de granite. Cette tour est isolée par une mince couche d'air du reste de la pyramide construite autour et au-dessus d'elle. Elle est surmontée par les quatre chambres vides dites de décharge. Deux blocs immenses représentent la toiture en pente de la tour, dont la hauteur totale dépasse les 60 mètres. Une tour dont les quatre chambres supérieures servaient à faire tout autre chose... » Comme le remarque Pierre Carnac « La tour, telle qu'elle est, ressemble à l'un des grands symboles ésotériques de l'Égypte ancienne. Peu étudié et encore assez mal compris, le Djed ou Zed, représente trois choses. Sur le plan de la pensée occulte et magique il est le signe de l'existence opposée au devenir. Sur le plan cosmique il est le symbole de l'axe du monde. Sur le plan de la religion il préfigure Osiris, le plus grand dieu du panthéon égyptien. Selon le livre des morts, dresser le Djed équivalait à saluer (et à représenter) la résurrection d'Osiris, la victoire de la lumière sur les ténèbres, celle de l'Oiseau-Soleil (disque ailé) sur le Serpent-aquatique (les eaux du déluge) ....

Or trois cents générations d'hommes font 10 000 ans, à trois générations par cent ans, les quarante et une générations de surplus donnent 1340 ans ...» (histoires. CXLII). Une datation décalée de 6000 ans n'est pas significative pour un géologue mais quel scientifique peut assurer la validité d'une utilisation si limitée concernant un monument construit à une date aussi éloignée. Date d'ailleurs confortée par un début d'investigation: les prêtres égyptiens ont mis Hérodote en présence des sarcophages attestant du fait: «Après m'avoir conduit dans une vaste salle intérieure, ils comptèrent, en me les montrant, de grandes statues de bois dont le nombre était celui que j'ai mentionné plus haut... ils en montrèrent donc 345, et toujours un Piromis provenait d'un Piromis sans que jamais ni dieu ni héros se rattachât à eux. Or Piromis se traduit en grec par noble et bon. » (histoires CXLIII). Ceci confirmerait la Tradition qui fait remonter la construction de la pyramide de Gizeh au début de la dynastie des « esprits des morts » soit 11 342 ans avant JC.

Le Djed était le signe matériel d'un pacte d'alliance entre le Dieu protecteur et l'homme qui l'adore d'un pacte conclu afin de préserver le monde des affres d'un nouveau déluge...» L'auteur de l'article fait alors référence « aux ondes guidantes produisant des effets déformation et modification dans l'échafaudage des êtres vivants, et du fait qu'elles se comportent comme si elles provenaient d'un espace -extérieur». indéterminable par les quatre dimensions en usage dans la physique moderne, on peut alors se demander si le Djed situé au point focal d'une construction, elle-même au point central des terres de la planète, ne fut pas aussi autre chose: Une sorte d'antenne de capteur de certaines énergies cosmiques » Ce capteur d'énergie c'était aussi le Djed porté par le premier des grands prêtres Ptah le dieu pataeque, le dieu bélier. « En Égypte, nous dit J-L .Bernard dans son ouvrage sur ses origines, les initiés qui avaient su reproduire sur eux mêmes la mutation traversée jadis par le dieu Ptah (Pan?) étaient supposés Alchimistes lis transmutaient le plomb, métal vil, en argent, puis en or, par leurs radiations. Le symbole de la corne d'o chèvre d'or ?) répandu autour des Alpes exprime ce pouvoir de transmutation du métal, jadis propre aux dieux cornus Satyres, dieux cornus de la Vallée des Merveilles ?... »

Le haut prophétisme était également un attribut du temple de Ptah. « Le titulaire de la fonction était généralement fort vieux et menait une existence de yogi ou de momie vivante, ses mains tenant la crosse Djed, symbole de colonne vertébrale »

N'oublions pas les étranges pouvoirs liés au bélier: La Toison d'or était une peau de bélier à poils blonds. De son vivant il avait été doté de la raison, de la parole, même du pouvoir de lévitation.

Était-ce sa peau ou sa momie que recherchaient les héros grecs ?

II est intéressant de rapprocher le bestiaire des dieux mythologique des voyances égyptiennes de l'américain Cayce, pour qui les thérapies très sophistiquées de l'Égypte pré-dynastique (re-ionisation, re-juvénation) étaient à l'origine de techniques et d'outillages électriques chirurgicaux, pour traiter les déviances animales de certains humains: « l'entité était habile à utiliser l'équipement électrique de ce temps là pour la chirurgie. ..des machines pour traiter le corps humain lorsqu'il fallait le débarrasser de ses excroissances animales,; ou en changer le sang... Les gens commençaient par le Temple du Sacrifice; puis s'y étant débarrassé des attributs animaux, qui les gênaient, ils venaient ensuite au Temple de la Beauté pour y chercher la connaissance. », (Lecture 281-15) Le Temple de la Beauté était-il la pyramide initiatique de Chéops ?

 

Haut de page

 

horizontal rule

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com