Visite avec le robot Oupouat

Oupouat, l'«Ouvreur de chemins», souvent assimilé au dieu Anubis.

horizontal rule

 

Une porte dans le noir 

La Grande Pyramide est la dernière merveille subsistant du monde ancien. Ce grand monument construit il y a environ 4500 années pour le Roi Chéops, est plus énigmatique que jamais. Plus les mécanismes de sa construction sont révélés, plus sa destination devient mystérieuse. En 1993, le monde stupéfait apprit la possible existence d'une chambre cachée à la fin d'un conduit incliné qui mène à l'intérieur des deux grandes chambres de la Grande Pyramide. 

Après une montée constante de 76 mètres du cœur de la pyramide, le petit conduit de 20 cm - qu'on pensait à l'origine être fait pour la ventilation, et qui est maintenant généralement considéré comme un "couloir" permettant à l'âme du pharaon mort de monter aux cieux - s'arrête brutalement devant un bloc du calcaire. Ce bloc est orné de 2 poignées de cuivre dont la position indique un mouvement montant et glissant comme une herse. C'était une découverte stupéfiante !

Les quatre conduits de la Grande Pyramide sont connus depuis 1872, mais ils ne retrouvent dans aucune autre pyramide. Deux d'entre eux, partant de la Chambre du Roi débouchent à l'air libre, mais les deux autres partant de la Chambre de la Reine ne conduisent apparemment nulle part, et ont suscité une vive curiosité quant à savoir où ils mènent. 

Déjà des rumeurs au sujet d'une chambre cachée dans la Grande Pyramide couraient depuis le Moyen-Age (ce qu'Edgar Cayce a confirmé dans une de ses lectures), mais rien n'avait jamais été trouvé. Immanquablement, les hypothèses sur ce qui pouvait se trouver derrière le bloc ont tourné aux spéculations les plus débridées, allant d'un trésor genre Toutankhamon (très improbable) à une simple statue du ka qui représente l' esprit du roi (possible). Mais le plus surprenant a été la conclusion du chef de l'Institut Archéologique Allemand au Caire, sous l'égide duquel la découverte a été faite. Derrière la "porte", a affirmé Rainer Stadelmann  fermement, il n'y a rien du tout. Juste un bloc de calcaire ; simplement une décharge au-dessus d'un conduit abandonné. 

Rudolf Gantenbrink, l'ingénieur qui a construit le robot OUPOUAT-2 et qui a fait la découverte, a affirmé qu'avec des réglages minimes, le robot pourrait manœuvrer une caméra à fibre-optique à travers le trou triangulaire qui se trouve à la base de la "porte-bloc". Quoiqu'il y ait derrière - découverte sensationnelle du siècle ou pétard mouillé - l'impact de la révélation aurait été énorme. Rien de plus simple, pensez-vous ! Mais rien ne s'est passé. La "porte" a été découverte 22 mars 1993. Une semaine plus tard, dit Gantenbrink, on lui a dit de remballer son robot et de partir. 

Un porte-parole de l'Institut Archéologique Allemand a nié qu'il y ait un mystère à ce sujet. " Le projet était fini. Les conduits avaient été explorés et il n'y avait plus rien d'autre à faire. La pierre du blocage trouvée à la fin du conduit est très normale. Tous ces conduits étaient bloqués à l'origine. C'est la construction normale. Il n'est pas possible d'ouvrir le blocage ; les Égyptiens ne l'autoriseraient jamais ".

Mais cela ne correspond pas avec les faits connus. Le parallèle avec d'autres conduits ne peut être faits, puisqu'il n'y a pas de précédent. La fin du deuxième conduit de la Chambre de la Reine n'a pas été atteint - le robot n'ayant pu continué son exploration à cause de deux angles aigus... 

Extrait du "Sunday Telegraph," de Janvier 1995
Traduction Brigitte Pistol

 

Le robot Oupouat
Le Site officiel du projet Oupouat
en anglais, mais à voir absolument

Le rapport scientifique complet sur l'exploration à l'intérieur des "conduits d'aération" dans la Pyramide de Chéops en mars 1993 par le robot Oupouat. 

Vous y trouverez en plus des dessins par ordinateur extrêmement détaillés, 27 graphiques explicatifs et 61 photos originales.

 

horizontal rule

artchives@samsara-fr.com