Les tombes

 

bullet

Les mastabas

bullet

Les pyramides

bullet

Les hypogées

 

Demeure d'éternité, la tombe était évidemment plus importante aux yeux de l'Egyptien que sa propre maison. Aussi apportera-t-il à sa réalisation plus de soins, de travail et certainement plus de cœur.

Les plus pauvres durent se contenter bien souvent d'un simple trou dans le sable du désert, où le corps momifié, de façon très médiocre, était déposé dans un cercueil ou à même le sol, avec juste quelques vases et quelques statuettes. Mais les plus privilégiés, souverains ou nobles, consacrèrent pour leurs constructions funéraires plus de richesses et d'attention que pour leurs palais. Ces derniers étaient en effet construits en briques crues, alors qu'on utilisait le dur, la pierre calcaire, pour la tombe, afin de répondre à sa vocation d'éternité.

La forme des tombes a varié en fonction du lieu et des époques. On peut ainsi distinguer trois types de tombes :

bullet

Les mastabas

MastabaCe sont des constructions massives, établies à ras du sol en pierre dure. Initialement les mastabas, rectangulaires, et aux murs légèrement inclinés (d'où leur appellation d'origine arabe : banquette), étaient remplis de rocaille et n'étaient destinés qu'à enserrer et cacher un amas de terre parfois revêtu de briques crues, de forme rectangulaire (en effet, à l'époque prédynastique, la sépulture était déposée dans une simple fosse que l'on recouvrait ainsi d'un tas de sable en forme de rectangle. Assimilé à la butte de terre initiale qui, un jour, était sortie de l'Océan Primordial, ce tertre de sable était devenu le symbole de l'existence, de l'apparition de la vie dans le chaos, le symbole de l'éternité.

bullet

Les pyramides

PyramidesLa pyramide a de tout temps frappé l'imagination du voyageur et a été la source de nombreuses interrogations. En commençant par l'étymologie du mot : certains y voient un mot grec, ayant rapport avec la racine du froment, et ainsi " pyramide " signifierait en grec " grenier à blé " ou viendrait du mot de cette même langue "   pyramis " avec le sens de "  gâteau de blé ", qualificatif attribué par un voyageur hellène à qui la forme des pyramides rappelait des souvenirs culinaires de son pays.

Certains pensent que le mot provient "  Péri-m-ouisi " de l'égyptien, signifiant dans la langue mathématique de la vieille civilisation l'arête de la pyramide (précisément) ou encore " Pr-m-it ", toujours de l'égyptien, ayant pour sens la demeure des lamentations, la maison du mort. Ce seul point d'interrogation est déjà sujet à de nombreuses polémiques que nous ne viendrons pas ici alimenter. En égyptien, elles étaient toujours désignées par le phonogramme bilitère "  mr ", qui se rapporte aussi à l'escalier. Les pyramides sont des tombeaux exclusivement royaux (rois ou reines), datant essentiellement de l'Ancien et du Moyen Empire, ainsi que de la dynastie éthiopienne. 

SaqqarahLa forme pyramidale est née avec la IIIe dynastie à Saqqarah, lorsque Djéser demanda à son architecte, lmhotep, d'agrandir son tombeau qui était, à l'origine, un mastaba. Est-elle donc née par hasard, à la suite d'agrandissements successifs de la forme traditionnelle du mastaba, ou bien est-elle la reprise du tertre symbolique de l'époque primitive ? Ou bien encore a-t-elle une signification magique et religieuse ? .

Pyramide de DashourLa pyramide à degré de Djéser est la plus ancienne. Quelques décennies plus tard, le pharaon Snéfrou fit construire la pyramide à Meïdoum et celle de Dashour, dite "rhomboïdale".

Toutes ces questions sur le choix de la forme pyramidale appellent une réponse.

Les égyptiens avaient une culture essentiellement basée sur le symbolisme. Le tertre primitif, nous l'avons vu, symbolisait la butte primordiale ; le mastaba était la représentation de la maison-type des vivants (la tombe étant censée être la maison d'éternité du mort), la pyramide, si sa forme n'est pas due au fait du hasard, pourrait très bien s'accommoder d'une signification solaire.

Lorsque lmhotep, qui était prêtre d'Héliopolis, construisit la pyramide à degrés pour son roi, Djéser, les croyances funéraires et la mythologie solaires étaient en pleine expansion. Or, selon celles-ci, le roi défunt vivait dans l'au-delà, en compagnie du dieu soleil Ré, ou même se confondait avec lui. Il fallait pour cela, bien sûr, qu'il puisse rejoindre le dieu au ciel. Les textes des pyramides décrivent divers modes d'ascension, entre autres, l'escalier ("  mr ", mot désignant précisément les pyramides) et les rayons du soleil.

La pyramide à degrés ne serait-elle pas alors la symbolisation de cet escalier ? Et les pyramides régulières, si elles ont perdu cette première valeur symbolique (en-dessous du revêtement, les assises formaient toujours un escalier), pourraient-elles symboliser les rayons du soleil, de même que l'obélisque symbolisait un rayon de soleil pétrifié, l'ultime goutte de lumière, figée au contact de la terre, avant que Ré ne se détache de la Butte Primordiale ? Il existait d'ailleurs à Héliopolis un culte voué à la Pierre Sacrée, le benben (nom désignant précisément les obélisques). Pierre mystérieuse de la Butte Primordiale, qui avait émergé, avant toute chose, c'est peut-être sa forme triangulaire, devenue en quelque sorte le symbole du triomphe de l'existence sur le chaos originel, le symbole de la vie, qui inspira les constructeurs des pyramides.

L'intérieur de la pyramide était initialement vierge de toute ornementation. Ce ne sera qu'à partir de la Ve dynastie (pyramide d'Ounas) que l'on y trouvera des inscriptions, inventaires de formules incantatoires fort diverses, dont la réunion forme ce que l'on appelle les "  textes des pyramides ".

J’ai l’intention de consacré une page spéciale (ou plusieurs !) aux pyramides de Gizeh, et plus particulièrement à celle de Chéops. C’est elle qui porte tous les mystères égyptiens et le plus d’interrogations : comment fut-elle construite ? Récemment, on a calculé qu’il aurait fallu posé une pierre( qui pèse, rappelons-le plusieurs tonnes) tous les 20 secondes), 6 jours sur 7, pendant 20 ans. Etait-elle vraiment une tombe ?(jamais aucune momie ni fut trouvée), les parois contrairement aux pyramides précédentes ne portent aucun texte, aucun ornement !

D’après plusieurs études, ses mesures correspondraient à des mesures terrestres extrêmement précises. Mais de tout cela je vous parlerai un peu plus tard. Je préfère rafraîchir mes connaissances !

bullet

Les hypogées

Vallée des rois
Ce style de tombe creusée dans le roc fut en usage durant toute l'histoire pharaonique. Cependant, les hypogées royaux de la Vallée des Rois et de la Vallée des Reines sont les plus remarquables (et les plus connues).

Il n'était pas envisageable de construire dans la région de Thèbes des pyramides telles que celles de l'Ancien Empire. Le désert montagneux qui borde la vallée du Nil ne s'y prêtait pas.

D'autre part, les vallées dessinées par le relief montagneux aux alentours de Thèbes étaient (et sont encore) dominées par une montagne dont l'aspect rappelle indéniablement la forme pyramidale, et de ce fait pouvait très bien assumer la valeur symbolique des pyramides du passé. Cette sorte de pyramide naturelle (que les égyptiens appelaient la cime) était adorée dans la région comme une divinité sous le nom de Mersegert.

Mais, forme pyramidale, mastaba ou hypogée, toutes les tombes égyptiennes ont la particularité d'avoir été construites du vivant même de leur bénéficiaire. Pharaon, quand il venait au pouvoir, entreprenait dès lors la construction de sa future tombe et la fabrication de son mobilier funéraire (c'est ce qui explique que l'on ait retrouvé certaines tombes inachevées ou terminées hâtivement, du fait de la mort subite du souverain). Il en était de même des tombes privées. tombe de NéfertariLes nobles faisaient réaliser leur future demeure d'éternité peu après la prise de leurs fonctions, et d'ailleurs, très vraisemblablement, la tombe était à l'époque (par son emplacement, sa décoration et le luxe de son contenu) ce que nous appellerions aujourd'hui " un signe extérieur de richesse ".

Haut de page

 

 

horizontal rule

Art'chives : Accueil

artchives@samsara-fr.com